diezakbemol

Ce tag est associé à 22 articles

Twixcisme: Modernité et non-conformisme artistique (TwixC, Béatrice CELESTIN)


Connue pour son dynamisme, sa rigueur et sa créativité dans le monde de la publicité, twixC – Béatrice CELESTIN a présenté sa Collection de Peintures abstraites, modernes et extravagantes ce 16 Juin 2012, dans les jardins du Bar le plus Trendy de Port-au-Prince, GARDEN STUDIO.

Béatrice CELESTIN

18H30, ce 16 Juin 2012 et GARDEN STUDIO est déjà bondé ! Tout le gratin créatif de Port-au-Prince, incluant peintres, chanteurs et monde de la publicité est présent. Ils sont venus admirer ce qui, indubitablement fut un vernissage avant-gardiste exceptionnel.

 Dans un pays d’artistes, où l’on est habitué aux paysagistes, où les marchandes, les cocotiers et les bateaux fusent de partout, twixC apporte un souffle nouveau, un style tendance, abstrait, haut-en-couleur.

Sur des canevas noirs, des formes pittoresques où des couleurs vives : rouge, jaune citron, rose, projettent un univers résolument fantastique. Certaines œuvres rappellent un environnement marin: on a l’impression de flotter au milieu des coraux, des algues, dans un amas de courbes.

Une des œuvres est peinte sur plexiglas. Des boules dans un style mosaïque où des points et des courbes rouges, noirs et jaunes donnent l’aspect psychédélique  recherché par l’artiste. Avec les lumières de Lionel SAINT-PIERRE, c’est une merveille!

Une acheteuse s’exalte : « Je n’achète pas souvent des tableaux. Je dois dire que les siens sont époustouflants ! ». En effet, en moins de quatre heures tout a été raflé. Avec une vingtaine de tableaux, ce n’est pas seulement un succès: twixC annonce le début d’un « Mouvement ». En effet twixC, appelle son genre le twixCism. Ses amis proches, les propriétaires des lieux, et des professionnels du monde du visuel avaient tous leur T-Shirt twixCism. Tout a été préparé avec une vision « marketing » peaufinée. Sur la page Facebook de Garden Studio ainsi que sur le profil de Béatrice, depuis plus de trois semaines, des Flyers de cette Soirée nommée « Psikemozaidelik » passent en boucle. Leurs couleurs nous enivrent, tout comme ses œuvres resplendissantes. Un Groupe a aussi été créé pour l’occasion (twixCism : the movement of twixC).

En entrant sur la piste de danse de l’établissement, une œuvre graphique en forme de bulle de dessin-animé posée au sol donne le ton :

«Here’s to the crazy ones. The misfits. The rebels. The troublemakers. The round pegs in the square holes. The ones who see things differently. They’re not fond of rules. And they have no respect for the status quo. You can praise them, disagree with them, quote them, disbelieve them, glorify or vilify them. About the only thing you can’t do is ignore them. Because they change things. They invent. They imagine. They heal. They explore. They create. They inspire. They push the human race forward. Maybe they have to be crazy. How else can you stare at an empty canvas and see a work of art? Or sit in silence and hear a song that’s never been written? Or gaze at a red planet and see a laboratory on wheels? While some see them as the crazy ones, we see genius. Because the people who are crazy enough to think they can change the world, are the ones who do. ». Une citation de Steve JOBS.

Toute la soirée, les œuvres resteront accrochées pendant que le Disc-Jockey, Dj ROCSTEADY / ROCCO (Didier ROMAIN) enchaîne  les tubes de House Music de manière « psychédélique». La foule est envoûtée ! Tout le monde danse et « boum » : la pluie ! Malgré tout, le public reste sur la piste. On a l’impression que la soirée est bénie de twixCism !

Ayant étudié les arts graphiques en Espagne à la Marbella Design Academy,  twixC est la preuve que l’inspiration graphique, l’art et la modernité sont possibles en Haïti. 15% des revenus de son vernissage seront transmis pour les projets ludiques de Smile Project destinés aux enfants des rues.

Novatrice en son genre, twixC  lance un mouvement. S’inscrira-t-il dans le temps ? En tout cas nous le souhaitons.

Plus de photos sont disponibles ici

Jean-Paul GUILLOBEL, Hotel | Restaurant | Tourism | Marketing | PR | Collaborateur officiel de DiezAkBemol.com E-mail: jeanpaulguillobel@yahoo.com

Dièz ak Bemòl” est un blog d’opinions libres que vous pouvez utiliser pour publier vos textes ou faire la promotion d’Haiti en nous envoyant vos photos, contactez@diezakbemol.com

Page d'Accueuil

Page d'AccueuilPage d'AccueuilPage d'Accueuil.

La diversité ne détruit pas la culture. (Causerie avec Yohann Doré #AyitiRock)


Nous vivons dans un monde où penser différemment est souvent puni en lieu et place  d’être encouragé, simplement parce que tous ne font pas usage de leur intelligence associative pour défier les statistiques alors que d’autres ont peur de ce qu’on peut penser d’eux. Ceci étant dit, vous pouvez deviner combien cela demande du courage d’OSER n’est-ce pas ! Une chose, du moins, est sûre, c’est que les résultats sont payants car on en sort souvent avec un exploit, une perle rare qui a toujours été là mais dont tout le monde avait peur.

Jacob Barnett, 12 ans, en utilisant cette technique se retrouve maintenant sur une bonne voie, celle qui lui permettra d’épandre la théorie de la relativité d’Albert Einstein ; la compagnie Apple quant à elle est devenue la plus couteuse du monde. C’est également dans cette même perspective, qu’un fils de la Caraïbe, Yohann Doré, à l’autre bout du monde, entame une campagne afin de pousser au plus loin ses rêves et devenir avec Ayiti Rock, un Groupe Rock de renommée Internationale représentant la région ; chose plutôt atypique. Au cours du mois de mai, pendant notre tournée d’exploration du Nord-Ouest, Haïti, nous avons eu la chance de causer avec ce jeune novateur et il nous a permis de découvrir certaines de ses multiples facettes telles que:

Dièz ak Bemòl : Yohann Doré serait-il un mystère? Parce que sur Google tu es pratiquement absent, on ne trouve rien sur ta vie personnelle.

Yohann Dore : LOL. Je ne sais pas mais je n’ai rien à cacher. Je tiens seulement à séparer ma vie privée de ma vie artistique. Je réponds aux questions lorsqu’on m’en pose et si je ne suis pas sur google, c’est en partie peut-être dû au fait que je suis discret sur ma vie privée. Notre « website » est en construction. Et il faut se le dire, on n’est pas une grande équipe, côté support technique non plus. Nous sommes « Yon ti Staff moun fou » partageant une même passion pour la bonne musique et c’est de là que vient le nom du groupe qui travaille sur le projet, à savoir « Krazy Staff » cependant ma biographie est disponible sur notre Page Facebook, My Space et certains journaux qui ont publié  l’histoire du groupe et maintenant est plus détaillée sur Dièz ak Bemòl!

Dièz ak Bemòl : Maintenant "Reality Check!" Tu vis en Haïti, un pays où le rock est pratiquement inexistant, alors pourquoi ce genre musical ?

Yohann Doré : Il me sera plus facile de te répondre après t’avoir posé cette question : pourquoi aimes-tu et écoutes-tu ce que tu écoutes? Evidemment, la réponse serait «paske se sa ki vibe ou »  car c’est dans ce choix que tu te retrouves, n’est-ce pas ? Il en est de même pour moi. Je compose aussi un peu de musique classique, j’aime la guitare acoustique, le piano. Mais ce que j’aime le plus, c’est la puissance de la guitare électrique. Pour moi le rock n’a pas été un choix mais un appel, une vocation si tu veux. J’ai toujours été fou amoureux de la guitare « têt mwen cho lem tande instrument sa ». Je ressens tout simplement une force, un pouvoir quand j’exprime mes sentiments en exploitant ce genre plutôt que tout autre.

Dièz ak Bemòl : Tu as quand même dû être influencé d’une manière ou d’une autre, non ?

Yohann Doré : Oui. En premier lieu avec Linkin Park. Lorsque pour la première fois, j’ai écouté leur musique, « mwen mande tèt mwen : mezanmi sa sa ye la !!! ». Je connaissais déjà le Rock sans pour autant aimer ; mais par la suite, avec leur musique « Pushing Me Away », la façon dont ils ont agencé la musique et l’instrumental m’ont charmé. Après avoir écouté les deux premières lignes, je me suis dit : « mezanmi gade sa misye di !!» et ce n’est qu’après l’avoir écouté que j’ai fini par réaliser : « musique lan bon ». Par la suite, j’ai évolué en écoutant d’autres styles tels que Nirvaña, avec Kurt Cobain, puis j’ai suivi la discographie complète de Foo Fighters bien que ce n’était pas de ma génération « men se kòm si li rantre nan jenerasyon pa mwen. »

Dièz ak Bemòl : Le fameux Kurt Cobain, Foo Fighters, Linking Park, des noms qui peuvent être étrangers à plusieurs en Haïti. Alors qu’est-ce qui d’après toi rend le rock si peu populaire dans notre milieu?

Yohann Doré : Je crois que c’est dû à un manque d’exposition au genre tout simplement ! Les médias vont te dire qu’il n’y a pas de public pour cela alors que si tu essaies de le jouer, qui sait !!!

La preuve, c’est que certains me disent qu’ils n’en font pas la requête parce que les radios ne jouent rien qui ait un rapport avec le rock. Ce n’est que maintenant que « Nou  Fini » et « Ak Raj »  commencent à changer un peu cette tendance. S’ils ne le médiatisent pas, il est évident que les gens ne l’entendront pas et ne l’accepteront jamais. Alors qu’en fait, ce qui me marque c’est lorsque je joue en Direct, je remarque que des gens qui n’ont jamais écouté le Rock « ap rele anmwe avèm, ap dim banm beat, chante mizik mwen yo avèm alòs ke se premye fwa yo tande yo. » et donc, ce n’est pas qu’il n’y a pas de public pour ça, c’est juste qu’ils n’ont pas eu l’opportunité d’écouter pour décider s’ils aimaient ou pas. De plus, il nous faut mentionner que beaucoup ont des préjugés « yo panse ke piblik lan archaïque et ke li pap ka apresye sak nouvo, sak diferan, donc bayo sa yo fin abitye avèk yo, sa kap mache deyò a ! ».

Dièz ak Bemòl : Aurais-tu des suggestions pour y remédier?

Yohann Doré : « Kontinye koute li, fè zanmiw tandel ». Beaucoup de mes amis ont apprécié le rock en venant à mon studio. Ils n’aimaient pas du tout le genre au début mais quand je le leur ai introduit, ils l’ont apprécié et maintenant si une chanson de rock n’a pas une distorsion de la guitare, ils se plaignent. Ainsi, il faudrait faire comme dans le cas de mes amis avec le public haïtien et lui en donner graduellement et à la longue, ils apprécieront. Moi je n’aimais pas la musique classique et j’ai débuté avec “Für Elise” de Beethoven. J’ai écouté, j’ai apprécié et depuis je me suis mis à écouter toutes les compositions de Beethoven qui par la suite ont eu une grande influence sur ma façon de jouer le piano. En gros, si on  veut que cela change il faut avoir l’esprit de partage et d’ouverture. Tu l’écoutes et tu partages avec un/une ami(e) !

Dièz ak Bemòl : Un de nos visiteurs (Yves-André Nau) écrit via BBM pour te demander : What’s the band plan for the next five years?

Yohann Doré: Well, the big plan for the next five years is to be the pioneers of rock music from Haiti. We need to push out that Haiti is not all about Kompa and Rap Kreyòl. You know, the culture is also open and for that we need to create a new movement in this country and I think a lot of people feel the same way we need something new.  We need some new songs, some new artists, and some new faces. Because we’ve been listening to the same bands for like decades and people kind of need diversity so they will jump at anything that sounds a little bit different or they might be afraid of it. So it’s ok if you don’t like Rock music, but you should listen first. So we are pushing to that the next five years, We are getting noticed  in the Caribbean, just because we dare to do Rock, we just also want to give people something different to talk about something different to listen to. Se pa chak jou mwen pral pale de “Se pa pou dat” (very good song by the way) men something new, something Young; on veut redonner la vie, quoi! I think that would be my big plan.

Dièz ak Bemòl : Mais écoute, avec « By my side » tu as débuté en anglais et maintenant, tes musiques sur cet album sont toutes en créole, pourquoi cette transition ?

Yohann Doré: Pour la simple et bonne raison que mes premières chansons n’ont pas eu l’impact que j’espérais vu que peu de gens ont pu comprendre les messages que je voulais faire passer. A force de trop écouter « Get Out », « gen de moun ki panse se yon mizik diab » ce qui n’est pas le cas et même loin de là. J’ai été victime de ce malentendu qui parfois m’amuse certes,  mais que je le veuille ou non, cela m’affecte dans un certain sens. Pire encore,  « anpil moun panse se yon blan mwen te ye se pa Ayisyen mwen ye ». Alors, après le 12 janvier, les relations entre les membres du groupe se sont renforcées. Nous étions tristes et avons ressenti une force intérieure à la fois pour écrire, nous exprimer et produire cet album que tu as actuellement en main.

Diez ak Bemòl : Un très bel album et pour moi « Rèv si dou » est un chef-d’œuvre. Mais entre autres, de toutes tes musiques, laquelle te satisfait le plus?

Yohann Doré: C’est difficile à répondre. Aujourd’hui j’aime telle chanson, demain j’en aime une autre. « Se tankou, kèt dènye sa anraje wi !» parce que l’état d’âme varie. Donc, que ce soit une musique triste ou joyeuse, quel que soit le « set of mind », ma satisfaction et ma préférence sont influencées par mon état d’âme du moment.

Dièz ak Bemòl : Parlant de « Set of mind » Kijan poum relel, une musique à sujet assez controversé ; d’où vient cette inspiration ?

Yohann Doré: Avec “Kijan Poum Relel”, nous avons composé un instrumental mélancolique mais puissant mais ne savions trop quoi en faire. Ce titre, c’est du « Freestyle » pour nous. L’expression d’un mélange de déception, de colère émotionnelle au sujet d’un enfant enlevé et éduqué par un couple. Ils croyaient que ces deux être étaient ses vrais parents jusqu’à ce la vérité lui soit révélée par une tierce personne. Pour ne pas choquer les gens, nous avons choisi de ne pas leur laisser savoir qu’en réalité on parle d’un enlèvement mais l’idée principale reste celle d’un jeune qui a passé sa vie à considérer comme parents des étrangers auxquels il s’est attaché, alors que ce sont eux qui l’ont arraché à sa vraie destinée, comme on le dit dans la chanson. J’ai proposé le sujet, Kenrick le « keyboardiste » du groupe et moi l’avons achevé. « Kijan Poum Relel », c’est l’émotion en puissance que nous exprimons en musique.

Dièz ak Bemòl : Joues-tu aussi du Konpa ?

Yohann Doré: Oh yeah, nou jwe tout bagay !!! Konpa, Reggae, House mais la guitare distorsion, c’est ce j’adore et c’est ce qui justifie mon penchant pour le Rock. Une petite anecdote, « Ak Raj », au début était un Konpa mais Kenrick et moi avons décidé qu’il ne pouvait être publié comme tel. Alors nous l’avons retravaillé et le résultat final, tu l’as ci-dessous.

Dièz ak Bemòl : J’ai posé la question parce qu’au début de l’album, il y a un hit Caribéen, une basse puis un tambour, c’est ce qu’est Ayiti Rock ?

Yohann Doré: Pour te dire vrai, « Anmwey » qui est en premier sur l’album est carrément un Rara. « Banm Beat » l’est aussi. J’ai composé la musique en cherchant les accords d’une bande à pied qui passait tout près de chez moi et me suis dit pourquoi ne pas composer un instrumental en utilisant ce rythme. Je crois que si je demande à une bande à pied de m’accompagner sur scène  « se anvayi map anvayi.» Nous n’avons pas voulu faire trop de répétition sur l’album, c’est pourquoi il n’y a pas eu beaucoup de chansons avec ce rythme caribéen que tu mentionnes, mais lors de mes performances en direct, le rythme est beaucoup plus présent.

Dièz ak Bemòl : À l’heure actuelle on parle de RapRock avec Lil Wayne, Kanye West et bon nombre. En Haïti le Rap Kreyòl est en vogue. Une collaboration dans le futur ?

Yohann Doré: « Mwen pa mind fèl, sa nan tèt mwen lontan but fòk li fèt bien » et à condition que les deux mondes soient présents. Il faut du tambour et de la guitare électrique en direct. Je ne veux pas dire que forcément le genre Rock doit être dominant mais il faut que je sente sa présence dans le mariage. Toutefois quand j’aurai à le faire ce sera comme la collaboration de Jay-Z et Linking Park dans « 99 Problems ». Je répète il faut que les deux mondes soient présents. En passant, cela existe depuis déjà 40 ans. Run Dmc/Aerosmith, Public Enemy, Red Hot Chilly Peppers.

Dièz ak Bemòl : Est-ce qu’il y a dans ton enfance quelques anecdotes, des cours de musique et autres qui t’ont poussé à faire de la musique?

Yohann Doré: Je n’ai pas souvenir d’un moment où je n’étais pas en contact avec la musique car dès l’âge de 5 ou 6 ans, j’y étais officiellement initié et cela m’a beaucoup intéressé. A l’école, j’étais celui à qui on faisait référence en matière musicale et je crois que si en Haïti il y avait un programme de musique dans toutes les écoles publiques, cela aiderait à développer le coté artistique caché en nous. C’est très courant que la famille ne supporte pas l’enfant dans ses choix. Dieu merci mes parents ont toujours fait la différence sur ce point.

Pour les cours de musique j’ai été à une école pendant une courte période pour un cours de guitare ce qui m’a aidé à avoir une petite notion de la musique classique mais ce n’était pas suffisant pour moi, donc je suis devenu autodidacte par obligation.

Dièz ak Bemòl : Tu soulignes t’être formé toi même, mais maintenant, voyant les failles du système éducatif, n’as-tu pas en tête de lancer des projets sociaux dans ce domaine?

Yohann Doré: Oui bien sur et j’aurais souhaité qu’on donne aux jeunes Haïtiens l’opportunité de faire de la musique parce que c’est mieux de les voir avec une guitare en main plutôt qu’avec une arme. Un camp de musique est un projet qui devrait être fait et si ce n’est pas le cas ce serait dire que nous, les artistes, ne sommes pas intéressés à apprendre aux gens ce que nous savons faire.

Toutefois, j’ai un penchant pour la mise en place d’un studio d’enregistrement parce que j’ai observé chez les haïtiens une passion pour le « beatmaking » « ou konn wè nèg la kanpe lap gade yon poto epi lap sekwe tèt li san ke ou pa ka wè ki rapò poto a ak son lap panse a ». Donc imaginez un programme d’été en Haïti où les enfants peuvent venir pendant les 3 mois ou 2 mois de vacances faire de la musique, ce ne serait pas comme à l’école, un fardeau, mais une distraction et par la suite, pour encourager la créativité, on pourrait organiser un concours qui serait évalué par des juges.

D’autre part, personnellement, j’ai toujours pensé au projet d’avoir un édifice d’institut « Ayiti Rock » qui serait opérationnel 365 jours et où des musiciens talentueux pourraient venir en aide aux jeunes. Fabrice Rouzier, Keke, Andy Barreau, Eddy Francois qui pourrait enseigner sur la « technique de la voix ». Il n’y a ni Parc ni Cinéma dans le pays, tout le monde est stressé et frustré « sèl program ki genyen pou yon pakèt jèn, se al kraze yon tafia e nan bagay sa Ayiti ap vini alkolik wi ! » Par exemple il faut malheureusement, aller à l’étranger pour voir un film sur grand écran, cela m’attriste. Mais comme je t’ai dit, ma passion, c’est la musique alors « mwen ta renmen moun ki gen menm pasyon avèm jwi de li paske mwen te gen chans, mwen vle ba yo chance pa yo tou ! ».

Dièz ak Bemòl : Ta dernière phrase est très profonde. Tu n’aurais pas de conseils à  donner à ceux qui vont lire cette entrevue sur notre site et qui peut-être partagent ou pas la même passion que toi ?

Yohann Doré: -« Fè saw renmen ! wap toujou jwenn moun ki diw saw fè a pa gen avni ! » surtout si çà a rapport à l’art mais gardez le focus !!! L’être humain à cette fâcheuse tendance d’évaluer les autres en fonction de sa propre limite. Donc ne te laisse pas dévier !

- Tu te sens inspiré ? « Ou vle fe yon bagay diferan ? Se pouse ! » tu trouveras des moments où tu vas te sentir découragé, c’est normal mais ne laisse pas cette attitude te dominer « li pa gen dwa sa » fais bien ce que tu fais et améliore-le.

- Ne délaisse jamais ce que tu aimes surtout quand tu le fais bien. Les tonneaux vides vont sans cesse résonner « zafè yo ». « Avocat, docteur, mécanicien, musicien (etc) tout enpòtan, tout gen importans yo ! Gade yon film sans musique dim ki rezilta li baw !». Barikad Crew a dit : “Goumen pou saw kwè”.

- C’est toi qui compte et personne d’autre. Personne ne peut croire en tes rêves ! Persévère et exploite tes talents ! Ne t’occupe pas des autres, pourquoi quelqu’un devrait se fâcher parce que tu choisis d’être différent ? En Haïti, la diversité des métiers est faible. Alors je vous encourage à faire ce que vous voulez du moment que vous aimez ça et surtout « Aprann tande et pran konsèy. ».

Dièz ak Bemòl : Enfin la dernière question Yohann, as-tu déjà visite Dièz Ak Bemòl ? Qu’est ce que tu aimes le plus au sujet de notre site ?

Yohann Doré: La première fois que j’ai visité le site, je n’ai rien compris. On m’en avait parlé et j’avais vérifié « men mwen pat konprann ». Toutefois, ayant un penchant pour la musique le nom m’a attiré. « Alors poum ka diw », par la suite à part du nom j’ai aimé l’orientation : le fait de donner la chance aux gens des autres pays de découvrir ce qui se passe ici en Haïti. Je pense que « si yon moun renmen musique ou renmen Haiti fòk ou lil » et pas seulement ça puisque « se pa selman Haiti nou pale, pas vre ?, fòk on moun lil, mwen menm mwen oblije pran Dièz ak Bemòl mwen » dans la matinée avant dix heures parce qu’ à partir de midi « se repetisyon » !

B O N U S !

Regardez la vidéo ci-dessous pour savoir ce que pense Mario Fontaine (LE PLUS GRAND "ZUZU" DU MONDE) DE YOHANN !!!

Dièz ak Bemòl” est un blog d’opinions libres que vous pouvez utiliser pour publier vos textes ou faire la promotion d’Haiti en nous envoyant vos photos, contactez@diezakbemol.com

[SPECIAL D&B Votre Foi] D’après la bible, est-ce un péché?


Diana a dit : "Hier, j’ai rencontré un prêtre et nous étions en train de bavarder, parler de tout et de rien. Tout allait bien jusqu’au moment où il s’est mis debout et tira un paquet de cigarette de sa poche et commença à fumer devant moi. J’étais surprise et en choc. Bien que je sache que vous n’êtes pas forcément des experts en théologie, pouvez-vous débattre le sujet dans votre prochain article ?"

 





 La définition du péché est la transgression de la loi de Dieu qui bien sûr se trouve dans la bible (1 Jean 3 :4). Sachant cela, nous allons tenter de répondre à cette question qui nous a été posée au cours des jours passés. Alors sentez-vous libres d’y réagir et de nous aider à y voir plus clair si nous nous trompons dans notre argumentation. (Pour nous proposer un sujet de débat ou questions ecrivez-nous à cet email: contactez@diezakbemol.com ou Cliquez ici.)

Fumer

Il n’existe aucun verset dans la bible qui interdise de manière formelle de fumer et je doute qu’on en trouve un puisque le tabac est devenu populaire après la découverte du nouveau monde avec Christophe Colomb. Est-ce à dire pour cela que nous devons fumer simplement parce qu’il n’est pas inscrit littéralement dans le livre de référence ? Là, je suppose que chacun à son opinion toutefois étant une question d’actualité, tentons simplement d’interpréter.

Les avantages au fait de fumer sont : socialiser, se réchauffer et de plus, c’est un facteur qui réduit les risques d’endométriose chez les femmes. Ce dernier fait semble toutefois injustifiable, dû au fait qu’il augmente le taux d’infertilité mais en ce qui a trait aux deux premiers, il faut se le dire, il existe d’autres moyens bien plus sûr de socialiser et de se réchauffer quand même !!! Tiens, une bonne tasse de chocolat chaud et des sorties, qu’en dites-vous ? Donc, à part le fait que ça rapporte du cash, et là encore, en détruisant ces propres clients,… je n’en vois pas trop l’avantage.

En tout cas, revenons à la bible et posons-nous cette question : Pourquoi fumer sachant que cela a des conséquences négatives sur votre santé ? I Corinthiens 6.19-20 (SEG) stipule : « Ne savez-vous pas que votre corps est le temple du Saint-Esprit qui est en vous, que vous avez reçu de Dieu, et que vous ne vous appartenez point à vous-mêmes ? Car vous avez été rachetés à un grand prix. Glorifiez donc Dieu dans votre corps et dans votre esprit, qui appartiennent à Dieu. » Sachant que notre corps est le temple du Saint-Esprit et que Dieu hait le péché, ne devrait-on pas plutôt prendre soin de son corps?

Lorsqu’on fume, non seulement on expulse la fumée vers les autres et par là, les affectons, mais nous nous détruisons aussi à petit feu les poumons. Euh !!! à petit feu ne serait-ce pas une forme de suicide ça? Alors qu’en exode 20 : 6 il est dit : «  Tu ne tueras point » alors commettre un homicide ou se suicider c’est tuer donc vous êtes devenu transgresseur de la loi.

Je n’ai aucune autorité chers lecteurs de vous dire si vous avez péché ou non ni de juger votre comportement parce que Dieu lui-même attend la fin du monde pour le faire pourquoi moi je devrais me précipiter pour tirer une conclusion?

Ceci, http://wp.me/p1tAKN-15J , est le lien court de cet article; copiez-le et partagez-le avec vos amis sur:

Page d'AccueuilPage d'AccueuilPage d'Accueuil

Dièz ak Bemòl” est un blog d’opinions libres que vous pouvez utiliser pour publier vos textes ou faire la promotion d’Haiti en nous envoyant vos photos, contactez@diezakbemol.com

Cliquez pour visiter Haiti en Photo

Découvrez le Nord-Ouest d’Haiti en Photo

Haïti en Photo: Departement du Nord-Ouest


"Pour le drapeau, pour la patrie, j’apprends plus de mon pays en faisant du tourisme interne banissant en moi toute peur qui me paralyse m’empêchant de jouir de la beauté de mon pays"

Ceci, http://wp.me/p1tAKN-14C, est le lien court de cette page; copiez-le et partagez-le avec vos amis sur:

Page d'AccueuilPage d'AccueuilPage d'Accueuil

PS: LES PHOTOS DE NOTRE VISITE DE L’ÎLE DE LA TORTUE SERONT DISPONIBLES TRÈS BIENTÔT !

Dièz ak Bemòl” est un blog d’opinions libres que vous pouvez utiliser pour publier vos textes ou faire la promotion d’Haiti en nous envoyant vos photos, contactez@diezakbemol.com

Cliquez pour plus de Photos D’Haïti

Haïti ne se résume pas à Port-au-Prince


Telle est la réplique que m’a desservi un de mes amis un jour où l’on discutait sur les facettes diverses du pays. Il faut croire qu’à l’époque, bien qu’imbu de cette connaissance, mes actions témoignaient du contraire.

Haïti, autrefois connu sous le nom de «perle des Antilles» est de nos jours en proie à une image négative qui sans cesse la poursuit. Pourquoi ? – On se le demande. Rares sont les publicités du pays où les immondices ne sont pas en première loge et où il n’est pas fait mention de kidnapping, de problèmes politiques, et tous les tralalas qui s’y rapportent.

Haïti, ne se résume pas qu’au négatif !

Et même si la majorité de ce que nous possédons serait négatif aux yeux de tous, par respect pour ceux qui gardent espoir, ne voyez pas le négatif et dire que c’est H A I T I, nous sommes plus que ça et vous le savez. Bien plus, chaque pays sur terre, que vous l’admettiez ou non, a son coté positif d’une part et son contraire de l’autre. La différence réside tout simplement dans la façon dont ses cotés sont présentés sur la scène médiatique.

Sans vouloir pointer du doigt un peuple en particulier, permettez-moi de mentionner ceci, lorsque je vous dis Égype, l’image qui automatiquement vous monte à la tête est celle des « Pyramides » n’est ce pas, sans même penser au fait qu’il n’y a pas longtemps qu’ils se sont libérés d’une dictature et que la situation politique actuelle n’est pas à sa bonne forme; Pourtant vous rêvez de le visiter quand même.

Quand je pense aux deux grand pays de l’Amérique du Nord, à savoir le Canada et les États-Unis, je me rends compte que l’on ne couvre presque jamais les zones « défavorisées » sauf si elles sont touchées par un séisme ou tout autre cataclysme et ceci, n’accusant nullement la gestion du système…

Et ce qui est encore plus intéressant et j’oserais même dire choquant, c’est qu’à l’heure actuelle, beaucoup de diasporas haïtiens se confinent dans leur peur, simplement parce qu’ils ont préféré accorder crédit aux médias sociaux qui dénigrent plutôt que de tenter de se rappeler que lorsqu’ils étaient encore en Haïti et qu’ils appelaient à l’étranger, ceux de l’extérieur avaient déjà cette peur bleue du pays, et arrivés ici, au lieu de déconstruire cette peur, ils se sont laissés tout simplement emportés par ce cycle de terreur qui ne se trouve nullement bien fondé.

Haïti, a aussi du bon et du positif. « Ne soyons pas des LUNATIQUES, exigeons l’impossible à nos dirigeants. » 

Alors pendant que vous y pensez, moi de mon côté ; après tant d’années d’absence, je suis retourné dans mon pays jouir de ce qui suit :

Découvrez "Pourquoi j’avais laissé Haiti" et Pourquoi je vante jamais mon "Pays comme étant luxueux"

Ceci, http://wp.me/p1tAKN-12X, est le lien court de cet article; copiez-le et partagez-le avec vos amis sur:

Page d'AccueuilPage d'AccueuilPage d'Accueuil

Dièz ak Bemòl” est un blog d’opinions libres que vous pouvez utiliser pour publier vos textes ou faire la promotion d’Haiti en nous envoyant vos photos, contactez@diezakbemol.com

Cliquez pour plus de Photos D’Haïti

Ne fumez pas l’herbe, Plantez un arbre


Le 20 avril dernier, c’était le fameux "Four-twenty (4/20)" où comme à l’accoutumée, chaque année, beaucoup de jeunes se réunissent en public pour brûler fumer ensemble de l’herbe (Marijuana) alors que paradoxalement, deux jours après, ce dimanche 22 avril, c’est la Journée mondiale de la Terre et d‘un autre côté, en Haïti plusieurs arbres sont portés disparus. vous n’avez pas compris la blague, n’est ce pas ? J’avoue qu’il n’y a rien de drôle à cela.

Ce qui l’est moins, c’est la passivité dont certains de mes compatriotes et moi faisons montre face à cette épée de Damoclès qui reste suspendue sur nous depuis tant d’années. Ma disparition, celle de ma famille et amis sont imminentes et c’est un processus lent. Si vous avez cru que 12 janvier a été la pire façon que mère nature pouvait nous châtier c’est que vous n’avez jamais imaginé des glissements de terrain massifs et évidemment les conséquences de la déforestation : L’ÉROSION. Si tout ceci jusqu’ici n’est que du jargon à votre avis; prière de regarder cette vidéo qui montre comment les flots de de la mer ont détruit 17 mètres de la ligne défensive d’une côte :

Ça me donne froid dans le dos et voyant ceci je me demande à quel point nous en sommes aujourd’hui, combien de mètres avons-nous déjà perdu jusqu’à date de notre ligne de defense ; étant donné que la déforestation a débuté dans le pays depuis belle lurette : Dans les années 60 avec la croisade de Duvalier contre les « Kamokin » et l’Église Catholique pour sa part dans sa chasse contre les mauvais esprits (démons) du « Bois Caïman ».

Chers amis, Haïti se meurt, que peut-on faire ? Je ne veux ici faire la prétention que tout sera comme avant ni qu’il y a une solution magique à notre problème mais commençons par le commencement : « N’attendez pas l’état, jouez votre partition en reboisant votre communauté » et tant pis s’ils nous rejoignent ou pas dans notre course car s’ils avaient la volonté de le faire et le souci de notre futur en tête, ils auraient fait comme la Macédoine qui a planté 6 millions d’arbres OUI 6 avec 6 ZEROS en une seule journée avec l’aide de quelques milliers de volontaires. Vous ai-je dejà dit que ce pays n’a que 2 millions d’habitants.

Ceci, http://wp.me/p1tAKN-11b, est le lien court de cet article; copiez-le et partagez-le avec vos amis sur:

Page d'AccueuilPage d'AccueuilPage d'Accueuil

Dièz ak Bemòl” est un blog d’opinions libres que vous pouvez utiliser pour publier vos textes ou faire la promotion d’Haiti en nous envoyant vos photos, contactez@diezakbemol.com

[MOTIVATION] 22 Plaisirs que la vie trouve injuste de nous offrir tous les jours !!


Les plaisirs les plus simples sont toujours le dernier recours de ceux qui sont plus complexes

Vous savez, la vie est faite de surprise tant bien que mal… Parce que… hey ! C’est la vie (RIRE). Mais d’un côté, si vous êtes du genre à prêter plus attention aux bienfaits, vous remarquerez qu’il y a plusieurs plaisirs que le hasard ne nous offre malheureusement que très rarement. Ils sont si inhabituels que vous avez plus de chance de vous faire foudroyer comme cet homme, plutôt que  de gagner à la loterie ou que certains de vos souhaits ne soient réalisés.  Alors dites, quel plaisir vous aurait procuré :

1)    Un politicien qui vous dit toute la vérité et respecte ses promesses.

2)    Un analyste politique, un fanatique ou un adepte religieux qui reste objectif quoiqu’il advienne.

3)    Le fait de vous approcher d’une fille au bar, lui offrez un verre et qu’elle ne croit pas que vous aimeriez vous mettre dans sa culotte.

4)    Que dans ce même bar vous rencontrez un homme marié, seul, qui ne fait que jouir de la bonne musique avec son alliance visible  au doigt.

5)    Que vous vous réveillez avant l’alarme et remarquez que vous avez deux heures de plus pour dormir.

6)    Que vous trouviez de l’argent en révisant vos vêtements avant de faire la lessive.

7)    Ou que vous trouvez de l’argent par terre.

8)    Qu’une erreur de banque se fasse en votre faveur.

9)    Que votre réservoir s’assèche justement devant la station d’essence.

10) Qu’un ami vous paie vos factures sans que vous ne l’ayez sollicité.

11) Que vous gagnez gros à la loterie!!!

12) Que l’état vous droit et vous rembourse à temps.

13) Que vous obteniez le maximum à un examen pour lequel vous n’attendiez que le pire.

14) Que vous recevez une lettre écrite à la main d’un être cher envoyée par la poste.

15) Que votre station de radio joue la musique appropriée à votre état d’âme.

16) Que vous dites en même temps et exactement les mêmes mots que votre interlocuteur.

17) Que votre patron vous encourage à prendre des vacances.

18) Que vous recevez des compliments d’une personne de qui vous vous attendiez le moins.

19) Que vous achetez sans le savoir une antiquité à un prix dérisoire.

20) Que vous épousez votre ami d’enfance.

21) Que vous recevez aucune annonce publicitaire pendant toute une journée sur votre courrier électronique.

22) Et cette même journée que la route de Frères, Carrefour soit libre d’embouteillages.

Il est possible qu’au moins une fois vous ayez été l’heureux élu de ces évènements rares de la vie et/ou que vous en ayez vécu plus que ceux inscrits dans la liste ci-dessus. Prenez le temps de partager avec nous sur Twitter @Diezakbemol ou sur notre Page FacebookCeci, http://wp.me/p1tAKN-10H, est le lien court de cet article; copiez-le et partagez-le avec vos amis sur:

Page d'AccueuilPage d'AccueuilPage d'Accueuil

Dièz ak Bemòl” est un blog d’opinions libres que vous pouvez utiliser pour publier vos textes ou faire la promotion d’Haiti en nous envoyant vos photos, contactez@diezakbemol.com

[MOTIVATION] Écouter est une question de choix


Tout est une question de choix et cela quoi que l’on dise. Voyez, même ne rien faire pour changer les choses est un choix. Ce qui sous-entend que ce que vous regardez ou entendez est encore une autre question de choix. Si cela vous rend sceptique, alors lisez ce qui suit :

Un amérindien et son ami, en visite au centre-ville de New York, marchaient près de Times Square dans Manhattan. C’était durant l’heure du lunch et les rues étaient bondées de monde. Les autos klaxonnaient de plus belle, les autos taxi faisaient crisser leurs pneus sur les coins de rue, les sirènes hurlaient et les bruits de la ville rendaient presque sourd.

Dans la cacophonie de la ville, difficile de faire la différence

Soudain, l’amérindien dit, "j’entends un grillon."

Son ami répondit, "Quoi? Tu dois être fou. Tu ne pourrais jamais entendre un grillon au milieu de tout ce vacarme!"

"Non, j’en suis sûr," dit l’amérindien, "j’entends un grillon."

"C’est fou," dit l’ami.

L’amérindien écouta attentivement pendant un moment, puis traversa la rue jusqu’à un gros planteur en ciment où poussaient quelques arbustes. Il regarda à l’intérieur des arbustes, sous les branches et avec assurance il localisa un petit grillon.

Si petit, et pourtant perçu dans l'invisible

 Son ami était complètement stupéfait.

"C’est incroyable," dit son ami. "Tu dois avoir des oreilles super-humaines !"

"Non," répondit l’amérindien. "Mes oreilles ne sont pas différentes des tiennes. Tout ça dépend de ce que tu cherches à entendre."

"Mais ça ne se peut pas !" dit l’ami. "Je ne pourrais jamais entendre un grillon dans ce bruit."

"Oui, c’est vrai," repliqua l’amérindien. "Ça dépend de ce qui est vraiment important pour toi. Tiens, laisse-moi te le démontrer."

Il fouilla dans sa poche, en retira quelques sous et discrètement les jeta sur le trottoir. Et alors, malgré le bruit de la rue bondée de monde retentissant encore dans leurs oreilles, ils remarquèrent que toutes les têtes, jusqu’à une distance de sept mètres d’eux, se tournaient et regardaient pour voir si la monnaie qui tintait sur le pavement était la leur.

Quand il s'agit d'argent, toutes les oreilles sont aiguisées

"Tu vois ce que je veux dire?" demanda l’amérindien. "Tout ça dépend de ce qui est important pour toi."

Pour pouvoir identifier ce qui est important pour soi, souvent "Il suffit de se trouver une cause" . Ceci, http://wp.me/p1tAKN-Xn, est le lien court de cet article; copiez-le et partagez-le avec vos amis sur:

Page d'AccueuilPage d'AccueuilPage d'AccueuilPage d'Accueuil

Dièz ak Bemòl” est un blog d’opinions libres que vous pouvez utiliser pour publier vos textes ou faire la promotion d’Haiti en nous envoyant vos photos, contactez@diezakbemol.com

[MOTIVATION] Qu’est-ce qu’il faut pour être Power Surge?


In English

La phrase qui me vient à l’esprit pour qualifier Power Surge est celle-ci: « Montre ce qu’on peut faire en le faisant toi-même. » Et j’avoue que c’est là une bonne façon de faire. Producteur de plusieurs hits dans le milieu haïtien, tels que: "Toi et moi" de T-Vice et tout récemment "Dekole" de J-Perry, Shabba et Izolan. Ils sont peu nombreux ceux qui ont la culture de demeurer consistant avec eux-mêmes et si aujourd’hui cette entrevue prend place, c’est bien dans l’espoir que vous réaliserez que vous devez faire d’un rêve, le vôtre, une réalité.

Croire en vous, poursuivre malgré tout et accomplir envers et contre tout ce que vous aimez sans vous laisser terrasser par les difficultés et les petits hommes qui vous évaluent suivant leurs propres limites. Que ce soit dans le domaine musical, théâtral, politique, journalistique et autre, il se trouvera plein de gens pour vous rappeler que ce n’est pas ce qui vous sied mais dites-vous bien que si c’est ce que vous aimez, vous le ferez et vous y arriverez avec tous les honneurs et mérites adéquats LÉGALEMENT.

Power Surge

Dièz & Bemòl: Merci d’avoir accepté de converser avec nous. Je sais que tu es très occupé, alors rapidement, dis moi, comment vas-tu? Et comment ça marche jusqu’a présent pour toi dans la musique?

PS: Pas d’inquiétude mon frère. C’est un plaisir d’être ici avec vous. Je vais merveilleusement bien et cela grâce à Dieu. La musique se porte bien et actuellement, mon principal projet, c’est celui de J-Perry et cela marche à merveille en Haïti. Je dois aussi dire que c’est un très grand honneur que nous fait le gouvernement en choisissant Dekole comme thème du Carnaval de 2012, de plus le Président Michel Martelly lui-même nous a décerné une plaque pour la chanson Dekole. Donc, pour l’instant, nous avons J-Perry  performant pour ses fans tout en enregistrant son prochain album. Restez branchés pour son prochain disque qui sort bientôt!

Cliquez pour auditionner l'Album

Dièz & Bemòl: Qu’est-ce qui est à l’origine du nom «Power Surge»?

PSEn vrai, mon nom est Serge et quand je m’introduisais à certaines personnes aux États-Unis, la première chose qu’ils disaient, « Serge comme un power Surge (Surtension). » Ce à quoi je répliquais toujours, « Oui, comme ça » jusqu’à ce qu’un jour, un de mes clients et ami de Londres « Bronz » du groupe « Bonz N Black » a décidé de m’appeler Power Surge dans la chanson sur laquelle on travaillait à l’époque « In My Hood » et depuis, le nom m’est resté. Maintenant, je réalise que le nom convient de plus en plus au parcours de ma carrière… Mais, ça, c’est plus une observation personnelle.

Dièz & Bemòl:  Tu as commencé avec “Suave” alors que tu étais encore au lycée et maintenant tu es producteur et as travaillé avec tant de grands noms dans l’industrie de la musique. Qu’est-ce qui te motive? Qu’est-ce qui te pousse à continuer sur ce chemin?

PSOui, j’ai commencé SUAVE quand j’étais en 8e année en Haïti, à St. Louis De Gonzague. C’était une expérience à nulle autre pareille. Voyant et vivant le succès que nous avions, cela m’a fait aimer l’industrie et m’a fait prendre conscience que c’était l’unique chose que je voulais faire le reste de ma vie. Mon rêve ultime, c’est d’avoir la musique haïtienne reconnue et devenir populaire dans le monde entier. Je veux introduire les artistes haïtiens à la communauté internationale. En faisant ceci, je crois que cela  changera le point de vue de certaines personnes sur Haïti et attirera plus de gens à vouloir connaître notre pays, à le visiter et à y investir. Notre limite, c’est le ciel. C’est la petite pièce que je veux insérer dans le casse-tête. 

Dièz & Bemòl: Je suppose qu’au début, cela n’a pas dû être facile, avec tes parents; comment ont-ils réagi quand ils ont vu que tu allais vraiment faire carrière dans la musique? T’ont-ils supporté? Raconte-nous.

PS : Mes parents m’ont toujours encouragé à faire ce que j’aime tant que je le faisais de manière légale. J’étais vraiment passionné et sérieux au sujet de ma carrière, ils ont donc cru dans mon dévouement et m’on supporté selon leurs moyens même s’ils ne comprenaient pas l’industrie. Fok mwen tout tan ap explike yo sa map fe pou yo ka konprann but menm leu sa, yo konn pa konprann (Rire) (Je dois constamment leur expliquer ce que je fais afin qu’ils comprennent et malgré cela, ils ne comprennent pas forcément). Par conséquent, je fais ce que j’ai à faire et continue de travailler. Mes parents n’ont jamais eu de problème avec le fait que je poursuive ma carrière dans l’industrie musicale. Le problème résidait surtout chez les gens qu’ils connaissaient et des membres de la famille qui leur rappelaient les croyances de la société. Mes parents quant à eux ont toujours accepté mes choix et ont toujours été à  mes cotés dans les durs et les bons moments de ma carrière. Je leur suis très reconnaissant en ce sens, car je sais comment les parents peuvent être, surtout les parents haitiens. Sa pa vle di yo pa konn banm plenyen an non but mwen jere sa (Rire) (Mais, cela ne veut pas dire qu’ils ne se plaignent pas parfois mais je sais comment gérer ces moments-là).

Dièz & Bemòl: Sur la scène internationale, des collaborations avec Dj Khaled, Fat Joe, Trick Daddy, ai-je oublié quelqu’un ? Qui d’autres feront partie de la liste dans le futur?

PSDe ceux dont je me souviens, j’ai travaillé avec Khaled, Fat Joe, Trick Daddy, Flo Rida, Benzino, Rick Ross, Billy Blue, Brisco, Bronz N Blak, et d’autres dont je ne puis me rappeler. Je crois que le mieux serait d’aller sur mon facebook et de vérifier certaines des chansons qui sont là www.facebook.com/WeLovePowerSurge.

Power Surge & Fat Joe

Dièz & Bemòl: A quoi aspires-tu et où te vois-tu dans les 7 à 10 prochaines années coté musical?

PSDans les 7 à 10 prochaines années, c’est difficile à dire parce que dans cette vie que je mène, les choses changent constamment. Mais dans 1 à 2 ans, je peux dire que les enregistrements Baoli aura son studio/bureau fonctionnel en Haïti et prendra en charge de nouveaux artistes qui veulent poursuivre une carrière dans l’industrie musicale tout en s’occupant d’artistes au niveau international. 

Dièz & Bemòl: Y-a-t-il quelqu’un qui t’inspire particulièrement en musique ?

PSDans l’industrie musicale haïtienne, il va de soi que mon inspiration et idole était et est encore Ansyto Mercier. Il n’est pas seulement un bon claviériste mais aussi un excellent producteur. Dans l’industrie américaine, mon choix se porte sur Dr. Dre et Timbaland. Ils sont, à mon avis, les meilleurs producteurs dans l’industrie parce qu’ils sont au top depuis bien longtemps et ont prouvé qu’ils peuvent progresser avec l’industrie tout en restant en tête, face à tous ces jeunes producteurs qui émergent et j’aime leur style de production. Je respecte beaucoup Dj Khaled. Je crois que cet homme est un génie pour arriver à faire tout ce qu’il a fait dans l’industrie de la musique sans être vraiment musicien ou artiste. Tout simplement un débrouillard avec une bonne oreille. Beaucoup de Respect !! 

Power Surge & Dj Khaled

Dièz & Bemòl: Dernièrement, je lisais ton interview donné à kompa magazine. J’étais vraiment impressionné. La musique haïtienne, quant à elle, a de la difficulté à l’international, crois-tu que ce soit dû à une lacune en “esprit de business” et/ou autre?

PSJe crois que l’industrie musicale haïtienne a besoin de cadres plus actifs et je crois qu’ils ont aussi besoin de promotion plus large dans les autres marchés. Il y a tellement de choses qu’on peut faire que cela me prendrait trop de temps ici pour l’expliquer (Rire)

Dièz & Bemòl: Des projets en tête pour la promotion de la culture haïtienne ou encore des investissement dans le milieu social: ateliers, camps pour jeunes, etc…?

PSJusqu’ici, comme je l’ai mentionné, mon principal projet c’est d’amener le bureau d’enregistrement de Baoli en Haïti d’ici été 2012 si possible, afin d’aider les artistes en devenir à se faire connaître dans l’industrie et à poursuivre leur carrière en tant que musiciens. 

Dièz & Bemòl: Je veux te remercier Surge, du temps que tu as bien voulu nous accorder et aimerais en terminant te poser ces deux questions: Qu’est-ce qu’il faut avoir pour être « Power Surge » et qu’aimes-tu le plus au sujet de Diezakbemol.com ?

PSMerci Dièz Ak Bemòl de m’avoir reçu. Et la réponse à la première question, ce que cela prend pour être Power Surge?  Je suis comme tout le monde. Je sais simplement que je suis très concentré sur la réalissation de mon rêve et qu’il n’y a rien qui puisse m’arrêter et m’empêcher d’aller à la quête de ce que je veux. J’ai eu beaucoup de difficultés à faire ce que je fais. Mwen pase anpil mize poum fe sa map fe a. Trust me. Fanmim pa gen million. Yo lagem nan USA poum degajem and mwen deside ke mwen ta pral fe sa mwen gen poum fe pou mwen fe yo kontan epi fier de pitit yo. So depi leu mwen rive aux etats unis, mwen just ap bat glo poum fe beu jan yo di a lol juskaske mwen jwenn opportunite mwen. Mwen pat janm kite mize oswa fanmi ki patap supotem, fem panse ke mwen patap reusi. So map di tout tijeun ki ta renmen fe mizik yo sa, pa janm kite moun di nou ke nou paka fe sa nou renmen. Depi nou gen yon rev, toujou eseye realize li. Mais fok nou pranl au serieux. Bagay la pa piyay!! Fok nou travay du anpil!!! Lol Dièz Ak Bemòl!!! Bon bagay!! Nou se voix jeunesse la wi janm wel la!!! Mesi pou interview a. 1 love

(Crois-moi, Ma famille n’est pas riche. Ils m’ont amené aux États afin que je puisse me débrouiller et j’ai décidé que je ferais ce que je devais afin de les rendre heureux et fier de leur enfant. Depuis mon arrivée aux États, je « bats de l’eau pour faire du beurre » jusqu’à ce que j’aie trouvé mon opportunité. Je n’ai jamais laissé la misère ou encore la famille qui ne me supportait pas me faire croire que je ne réussirais pas. Voilà pourquoi, je dis à tous les jeunes qui voudraient faire de la musique, ne laissez jamais personne vous dire que vous ne pouvez faire ce que vous aimez. Si vous avez un rêve, tentez de le réaliser. Mais vous devez prendre cela au sérieux. Ce n’est pas facile, vous devrez travailler dur!!!  Dièz Ak Bemòl!!! Vous êtes la voix de la jeunesse à ce que je vois!!! Merci pour l’entrevue). 

Merci d’avoir lu et partagé cet article, voici le lien court: http://wp.me/p1tAKN-YE copiez-le. Quand Power Surge  n’est pas trop occupé à produire d’excellentes musiques, vous pouvez le suivre sur Twitter (@POWERSURGE247) où il s’amuse à faire des blagues hilarantes. Ne ratez aucun de nos articles et pour cela vous pouvez soit souscrire à notre blogue ou encore nous suivre sur:

Page d'AccueuilPage d'AccueuilPage d'AccueuilPage d'Accueuil

Dièz ak Bemòl” est un blog d’opinions libres que vous pouvez utiliser pour publier vos textes ou faire la promotion d’Haiti en nous envoyant vos photos

[HUMOUR] Parcours linguistique franco-allemand pour tous!!!


Que veut dire l’Allemand quand il reproche à son interlocuteur jedes Wort auf die Goldwaage zu legenpeser chaque mot sur le trébuchet ») ? Et pourquoi le Français donne sa langue au chat ? Plus on avance dans l’apprentissage d’une langue étrangère, plus on commence à apprécier l’étonnante mais pas toujours compréhensible richesse métaphorique des langues. Avant tout, en matière linguistique, le français et l’allemand aiment faire des cabrioles. Petite promenade à travers le jardin métaphorique franco-allemand.

Grande ou petite, large ou en cul de poule : la bouche en tant qu’organe primaire de l’élocution de l’homme s’est toujours prêtée aux jeux de mots qui n’occultent pas non plus le rôle important que joue la langue pour la communication. L’absence de cette dernière mène par exemple automatiquement à la stupeur, ce que le Français appelle avoir avalé ou perdu sa langue. Tandis qu’un Allemand parle de die Sprache verschlagen (« battre la langue »), le Français craint qu’on ne lui coupe la chique. Quant aux personnes impertinentes qui se plaisent, au contraire, à parler, certains Allemands pourraient leur reprocher d’avoir « une grande bouche »  (ein großes Mundwerk haben) En français, on parle dans ce cas d’une langue bien pendue désignant le frimeur qui parle facilement ou trop. En revanche, ein flinkes Mundwerk (« une bouche rapide ») est souvent employé comme compliment en allemand. Les Français parlent dans ce cas d’une langue déliée que l’allemand connaît également si on peut se fier à la sagesse populaire : Das dritte Glas Wein lockert die Zunge (« Le troisième verre de vin délie la langue »). ˙ʇɹɐd ǝɹʇou ǝp ǝƃɹɐɥɔǝɹ ǝun ɐɹʌǝɔǝɹ ɯoɔ ʇuıod ןoɯǝqʞɐzǝıp ǝsɐqoɹɐ zǝʇɔɐʇuoɔ  :ɹǝıɹɹnoɔ ǝɔ ɐ ǝuoɥdǝןǝʇ ǝp oɹǝɯnu uos ɹǝʎoʌuǝ ɐ ǝuıɐɔıuıɯop ǝnbıןqndǝɹ uǝ no ıʇıɐɥ uǝ ʇuɐʌıʌ ǝuuosɹǝd ǝɹǝıɯǝɹd ɐן :ǝɥɔɐɔ ǝƃɐssǝɯ

Qui a la langue dans sa poche ? Le silence entêté n’est pas bien vu

Celui qui ne veut pas parler du tout est souvent désigné par les Français comme n’étant pas très causant tandis que les Allemands parlent plus directement de Mundfaulheit (« paresse de la bouche ») et incitent leur interlocuteur mit der Sprache herauszurücken (« à rendre sa langue »). En français, on inviterait plutôt son interlocuteur à lâcher le morceau ce qui pourrait rappeler les méthodes de chasses préhistoriques quand on poussait l’autre à cracher le morceau de viande ou de poisson qu’il défendait en montrant les crocs. Mais s’il s’agit d’un travail de longue haleine, on dira que l’interlocuteur accouche douloureusement de son sujet. Enfin, si une affaire est finalement évoquée (zur Sprache kommen), les Français la mettent sur le tapis afin de pouvoir mieux en discuter.

Si on participe à la conversation avec enthousiasme, on n’a pas sa langue dans la poche tandis que les Allemands nous certifient qu’on n’est pas « tombé sur la bouche » (nicht auf den Mund gefallen sein). Mais si on ne répond pas tout de suite et avec verve, il se peut que notre interlocuteur allemand marmonne qu’on ne devrait pas « peser chaque mot sur le trébuchet » (jedes Wort auf die Goldwaage legen). Tandis qu’en allemand on pèse la signification d’un mot « jusque dans les onces », les Français s’énervent quand leur interlocuteur tourne sept fois sa langue dans sa bouche avant de se prononcer. Mais si on ne sait plus du tout quoi répondre parce que l’énigme qu’on nous a posée semble être insoluble, on devra donner sa langue au chat. Les autres animaux ne s’en sortent pas mieux quand il s’agit de l’incapacité de parler. Ainsi le Français peste contre les touristes qui ne maîtrisent que partiellement sa belle langue, affirmant qu’ils parlent français comme une vache espagnole. En outre, qui a une spitze, scharfe ou böse Zunge (« une langue pointue, coupante ou méchante ») est doté d’une langue de vipère.

Chinois, Espagnols ou catholiques : tous responsables de la confusion linguistique

Si les animaux ne sont pas épargnés quand les Allemands et les Français donnent libre cours à leur mauvaise humeur provoquée par un « blabla » incompréhensible, les ressortissants étrangers ne sont pas non plus en reste. Des deux côtés du Rhin, on aime pester que l’autre ne parle que chinois (nur Chinesisch sprechen), expression qui perdure même à une époque où sont proposés des cours de chinois dans les maternelles européennes. Mais tous ne peuvent pas faire leur demande sauf gut Deutsch ou en bon francais ! Pourtant, une fois qu’on a compris « l’histoire qu’on nous a fait gober » et qu’on croit y voir un piège, l’Allemand pense y remarquer « quelque chose d’espagnol » (das kommt mir spanisch vor). Alors que le Français, en tant que bon élève du pape, estime que cela ne paraît pas très catholique, pour celui qui a raconté des mensonges, il ne reste plus qu’à prendre le large. Cela est une tradition avant tout anglaise pour les Français (filer à l’anglaise) tandis que les Allemands la reprochent ironiquement aux Français (sich auf Französisch verabschieden/ « faire ses adieux à la française »).

Que reste-t-il alors à faire, face à ces embrouilles linguistiques ? Tandis que les Français acceptent de ne pas comprendre un mot de tout cela, les Allemands avouent nur Bahnhof zu verstehen (« ne comprendre que ‘gare’ »). Mais celui qui parle toujours wie ein Wasserfall (« comme une cascade ») ne vaut guère plus qu’un moulin à paroles. L’Allemand déclare dans ce cas qu’on « peut dire beaucoup si la journée est longue » (man kann viel sagen, wenn der Tag lang ist) sans que la quantité garantisse la qualité. En revanche, en français on reproche à son interlocuteur qu’il raconte tout et n’importe quoi. Est-ce que la vieille sagesse populaire franco-allemande détiendrait la vérité ? Reden ist Silber, Schweigen ist Gold (La parole est d’argent et le silence est d’or)…

Quant au créole, l’Haïtien dirait de ne pas cesser de fouye zo nan kalalou (Fouiller pour trouver l’os dans le calalou) de la langue française en lisant d’autres textes du même genre: Un vrai plaisir le français, le français une langue animale, la ballade des mois de l’année.

Copiez le lien de cet article pour le partager avec vos amis: http://wp.me/p1tAKN-Xd

Dièz ak Bemòl” est un blog d’opinions libres que vous pouvez utiliser pour publier vos textes ou faire la promotion d’Haiti en nous envoyant vos photos. Ajoutez sur votre:

Page d'AccueuilPage d'AccueuilPage d'AccueuilPage d'Accueuil

We Follow you Back

Les plus populaires

Insérez votre courrier électronique pour participer avec nous dans ce projet de vendre une autre image d'Haïti. "Je Participe"

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 5  810 followers

%d bloggers like this: