DiezakBemol.com

“Dièz ak Bemòl” est un blog d’opinions libres que vous pouvez utiliser pour publier vos textes ou faire la promotion d’Haiti en nous envoyant vos photos.
DiezakBemol.com a écrit 136 articles de Dièz & Bemòl

Exilés haïtiens au Brésil – RFI


Originally posted on Rapadoo Observateur:

Dossier Haïti : Depuis 3 ans, plus de 9000 personnes ont quitté Haïti direction le Brésil, avec l’espoir d’y recommencer une nouvelle vie. Un long voyage en Amérique du Sud qui a conduit ces exilés à traverser plusieurs pays clandestinement. Avec l’aide de passeurs, qui n’hésitent pas à leur faire payer très cher leurs services… C’est à Brasileia, une petite ville à la frontière entre le Brésil et la Bolivie, que ces émigrés haïtiens s’entassent en attendant des papiers, un visa, un travail…François Cardona, notre correspondant au Brésil, s’y est rendu. via - RFI

.

 

Voir l'original

Et si votre patient vous disait: “Maladi sa pa maladi docteur” ! Comment réagiriez-vous?


42-Hougan-Gressier_fsUne fois au moins, durant votre pratique médicale, vous avez dû entendre cette fameuse phrase: « Maladi sa se pa maladi doktè » et à ceci sur fond de croyances diverses plusieurs médecins ont profondément du mal à faire face à ces types de cas. Si certains d’entre nous croient que la médecine alternative (Médecine Feuille, Hougan) a une certaine efficacité, d’autres croient que c’est un manque de responsabilité que de tolérer cette pratique voire la suggérer à notre patient. De toute façon, quelque soit votre croyance vous avez probablement déjà fait face à ce problème à savoir trouver le moyen approprié de répondre à la requête du patient qui croit fermement que sa maladie est due à une force surnaturelle.

1. Essayer d’être professionnel : JUGEZ, CRITIQUEZ le moins que possible.

La majorité de ces patients sont motivés par ce qu’on appelle la « FOI ». Ils ne sont pas si stupides que vous le croyez et à dire vrai, nous ne sommes pas les seuls. Tenez, il y a quelques semaines, j’ai lu l’histoire d’un couple aux Etats-Unis qui a laissé périr son enfant malade sur base que par la prière tout va s’arranger. Il faut comprendre que dans ce cas précis c’est l’importance de la « CONFIANCE » du patient en vous ; si vous ne jugez pas et si vous acceptez son approche comme normal vous pouvez commenter sur ce que vous avez appris et que vous savez pouvoir fonctionner dans son cas.

2. Expliquez clairement les conséquences sans faire de menace.

Nombreux de nos patients savent que la médecine alternative aura très peu ou aucun effet sur leur maladie mais étant donné qu’ils sont fermés dans l’idée du super naturel ils n’y peuvent rien du tout. Alors la meilleure approche serait d’expliquer clairement au patient physiologiquement ce qui se passe actuellement dans son organisme et qu’est ce qui pourrait arriver s’il ne suit pas son traitement. Et s’il accepte de suivre le traitement mais veut quand même opter pour la médecine alternative, il faudrait bien que vous preniez le temps de lui expliquer avec patience les probables interactions médicamenteuses qui peuvent être néfaste. A noter certaines maladies sont autolimitées il ne faut jamais manquer de le mentionner parce que s’il opte malgré toutes vos explications pour la médecine alternative, il croira que son état s’est amélioré grâce aux médicaments du hougan alors que la maladie même est elle-même autolimitée.

3. Souvenez-vous toujours du coté éthique de la médecine

Pendant 30 ans, l’association médicale américaine a stipulé : « Un médecin doit pratiquer une méthode de guérison fondée sur une base scientifique, et il ne doit pas volontairement s’associer professionnellement avec quiconque viole ce principe » mais tout récemment ils ont décidé de laisser tomber cette règle pour la simple raison de la « magie de l’inconscient » mais plus encore…vous ne savez avec certitude si la methode des « medecins feuille » fonctionne ou pas. Pour ce, éthiquement parlant le patient doit avoir les deux choix possibles avec avantage et conséquences et vous le laissez simplement le libre arbitre.

Medecin ou patient, quel serait la meilleure technique pour contrecarrer ce problème, laissez-nous un commentaire avec vos suggestions.

Via @Alexandre_de_B: #JeLoveHaiti Carte postale animée d’une semaine en Haïti, Janvier 2013


#JeLoveHaïti from Alexandre de Bellefeuille on Vimeo.

Une raison de plus qui pousse à ne pas avoir peur de s’exprimer


let-it-outQuelques siècles de cela, l’église catholique affirmait que l’esclavage était normal et que Dieu avait ainsi créé les noirs. Nul besoin de dire que les gouvernements ainsi que certains des grands philosophes de l’époque affirmaient de même !

Mais, heureusement, tous ne vivaient pas dans l’ignorance car bien que petit, il existait un groupe de gens pour s’opposer fermement à l’esclavage et affirmer que tous les êtres humains sont égaux. Citons en exemple le Député Thaddeus Stevens (1792-1868) qui a passé trente ans de sa vie à lutter contre cette pratique et qui rappelait constamment que tous sont égaux, qu’ils soient noirs ou blancs. Dire qu’on osait se moquer de lui et prétendre qu’il était fou !

Il en est de même aujourd’hui, lorsque vous arrivez avec une idée innovatrice, totalement nouvelle et que beaucoup n’arrivent pas à en déceler la beauté. Plus tard, ils vous donneront raison mais en attendant, vous êtes le seul à savoir que la raison est vôtre alors il n’est pas question que vous laissiez une telle lumière s’éteindre par la vague d’ignorance du moment.

OSEZ VOUS BATTRE POUR CE QUE VOUS CROYEZ, N’ABANDONNEZ JAMAIS !!!!

TOUJOU GOUMEN POU SAW KWE PA JANM LAGUE !!!!

#Kanaval Okap 2013 (Foto)


Merci d’avoir lu et commenté cet article. "Dièz ak Bemòl” est un blog d’opinions libres que vous pouvez utiliser pour publier vos textes ou faire la promotion d’Haiti en Photo envoyez vos photos à contactez@diezakbemol.com. Si vous n’avez pas encore lu notre dernier article cliquez ici SVP.

Visitez Haiti en Photo.

Visitez Haiti en Photo / Visit Haiti in Pictures

.

La goutte qui porte à réflechir.


SharingUne jeune femme attendait l’heure de son vol dans un grand aéroport. Puisqu’elle aurait à attendre plusieurs heures elle décida de s’acheter un bon livre.Elle acheta aussi un paquet de biscuits.Elle s’assit dans un bon fauteuil dans la salle VIP de l’aéroport pour se reposer et lire en paix. A coté du fauteuil ou se trouvait le paquet de biscuits , un homme ouvrit son magazine et se mit à lire.

Lorsqu ‘elle prit un premier biscuit , l’homme fit de même .Elle se sentait irritée par ce comportement , mais elle ne dit rien , se contentant de penser : « Quel effronté, j’ai envie de lui donner une bonne raclée ! »

A chaque biscuit qu’elle prenait, l’homme en prenait un aussi. Cela la mettait dans tous ses états , mais elle ne voulait pas faire une scène. Lorsqu’il ne resta qu’un seul biscuit, elle pensa « Et que va t-il faire maintenant, cet abruti de profiteur ? »

L’homme prit le dernier biscuit , le brisa en deux et lui en remit la moitié.

Ah, mais là; c’était trop! Elle était hors d’elle ! Elle prit son livre et ses affaires, et sortit en trombe pour se rendre au guichet d’embarquement.

Lorsqu’elle prit son siège dans l’avion,……. elle ouvrit son sac à main pour prendre ses verres de lecture, et , à sa grande surprise, elle y découvrit … son paquet de biscuits, intact et non-ouvert ! Elle se sentit tellement MAL !!! Elle réalisait combien elle s’était trompée…

L’homme avait partagé ses biscuits avec elle sans aucune rancune ni appréhension …pendant qu’elle était si choquée, pensant qu’elle avait partagé ses biscuits avec lui..et maintenant, elle n’aurait plus la chance de le lui expliquer ou de s’excuser…

BONUS

Merci d’avoir lu et commenté cet article. "Dièz ak Bemòl” est un blog d’opinions libres que vous pouvez utiliser pour publier vos textes ou faire la promotion d’Haiti en Photo envoyez vos photos à contactez@diezakbemol.com. Si vous n’avez pas encore lu notre dernier article cliquez ici SVP.

Visitez Haiti en Photo.

Visitez Haiti en Photo / Visit Haiti in Pictures

.

L’aurore


auroreIl faut parfois du temps pour se retrouver face à soi-même, pour se dire que dans la vie, il ne suffit pas de se dire que tout ira bien pour que ce soit le cas. On dit souvent que ceux qui réussissent sont ceux qui ont le plus souffert mais réussite est-ce synonyme de bonheur ? Que faut-il attendre de la vie ? C’est quoi au juste la vie ? Et je vous plains déjà de la diversité des réponses que vous allez avoir. Les approches et les arguments seront aussi différents les uns des autres. Mais laissons là tout cela et ayons d’autres réflexions.

Cela vous est il déjà arrivé de vous retrouver face à vous-même ?

Vous essayez de fuir mais le regard perçant de votre Moi vous embrase et vous ligote. Et là vous ne savez que dire et que faire. D’ailleurs vous ne parvenez même plus à penser. Vous essayez mais le regard brulant vous hypnose. Il demande des comptes. C’est comme se retrouver seul au fond de son lit et se rendre compte de l’état de décomposition dans laquelle se trouve votre âme. Et là, pour se donner une contenance, on se demande comment on a pu en arriver là, mais le comment on le sait déjà. Et on sait aussi que cet interrogatoire ne durera pas, que lorsque le soleil se lèvera, quand le jour se pointera, ce sentiment disparaîtra avec tout ce qui va avec.

Screen Shot 2013-01-09 at 7.51.46 AM

On sait que les rayons du soleil en balayant la nuit balaieront en même temps ce mal qui nous tient au creux de l’estomac, qui nous empêche de nous regarder dans un miroir. Et on ira à la fac ou au boulot, on aura des conversations avec les autres, on aura des rires et des pleurs, on aura de l’affection, de la haine et de l’indifférence à témoigner et on redoutera la nuit parce qu’on sait qu’avec elle, notre Moi reviendra nous poser des questions sur la gestion de notre âme. On sait aussi qu’on ne saura pas répondre et que son regard nous poursuivra même dans nos cauchemars et on redoute cet instant où le soleil disparaît pour laisser place à lune, pour laisser place à notre moi. Et on l’attend avec résignation, on l’attend impassiblement. Et lui toujours fidèle au rendez-vous, avec la régularité d’une épidémie se pointe et s’assoit juste en face de nous. Mais ce soir, il ne pose pas de questions, il ne fait que regarder et on serait prêt à s’arracher les cheveux pour qu’il arrête. Et on jure par tous les dieux, on est au bord du néant mais déjà l’aube arrive, le jour se pointe et là on se rend compte de la plénitude de notre être pendant les secondes que durent l’aurore.

L’aurore étant l’union du jour et de la nuit, c’est aussi la parfaite représentation de l’union de nous et de notre Moi. Oh oui, il n’y a pas de meilleur moment que quand notre âme se fusionne à nous, c’est-à-dire, que nous nous acceptons tels que nous sommes tout en essayant de s’améliorer. Et on ira à la fac ou au boulot, on aura des conversations avec les autres, on aura des rires et des pleurs et divers sentiments à témoigner mais ce ne sera plus comme avant, avec la monotonie qui nous tue. Ce sera avec une petite étincelle, qui se transformera en flamme et bientôt le feu de notre âme brillera à nouveau et à l’approche de la nuit, on n’aura plus peur et le jour ne sera plus pour nous qu’une brève délivrance et on aura le courage de se regarder dans le miroir car on sera en parfaite communion avec soi-même tout comme le jour l’est avec la nuit au moyen de l’aurore.

Merci d’avoir lu et commenté cet article. "Dièz ak Bemòl” est un blog d’opinions libres que vous pouvez utiliser pour publier vos textes ou faire la promotion d’Haiti en Photo envoyez vos photos à contactez@diezakbemol.com. Si vous n’avez pas encore lu notre dernier article cliquez ici SVP.

Visitez Haiti en Photo.

Visitez Haiti en Photo / Visit Haiti in Pictures

.

Voix de l’espérance (Voices of hope).


Chaque enfant a droit à la vie, à l’éducation, à la santé, à une identité et doit être protégé, ceci indépendamment de sa couleur et de sa nationalité. Comme bien d’autres droits, ceux précités restent pour la plupart dans les livres et on en fait usage que quand il est trop tard. De nos jours, nous vivons dans une société malade. Le nombre de psychiatres et de psychologues se multiplie ; on cherche par tous les moyens à diminuer le stress, à corriger les problèmes de la société mais on ne fait que les empirer.

Une bonne société doit suivre la règle de toute bonne construction. Il lui faut une base stable et solide. Notre statut d’homme nous porte souvent à penser que c’est toujours la faute de l’autre. Mais en fait, on est tous responsable d’une façon ou d’une autre ! Le but de ce texte n’est en aucun cas de nous culpabiliser mais de nous réveiller avant qu’il ne soit trop tard.

Légions sont les publicités qui soulignent que le futur appartient aux plus jeunes. Partout où l’on passe, on entend parler de droits de l’homme, droits de la femme et droits de l’enfant. Mais où en est-on aujourd’hui ? On ne souhaite en aucun cas critiquer les organisations qui luttent pour une meilleure société ! Tout au contraire, on veut leur offrir une nouvelle approche, partager notre vision des faits. Pour être un peu plus précis et faciliter la compréhension de notre vision des choses faisons trois petits exercices.

Premièrement, un voyage vers notre plus tendre enfance s’impose. Sans doute la plupart d’entre nous le feront avec le sourire aux lèvres en pensant aux plaisirs simples d’une enfance bien vécue. D’autres moins chanceux se sentiront angoissés. Ceux du second groupe réaliseront avec beaucoup de peine que leur vie d’adulte a consisté depuis toujours à compléter leur enfance déséquilibrée.

Maintenant que nous avons réveillé l’enfant qui sommeillait en nous, passons à la phase deux de l’exercice. Cette partie est pour la plupart la plus amusante. Celle-ci consiste à trouver le héros à qui chacun de nous aurait aimé ressembler. Là réside toute la force d’un enfant ! La capacité de rêver et d’aspirer à de belles choses est la meilleure base pour la construction d’une bonne société. Une société de personnes équilibrées. Un rêve reste et demeure un rêve si on ne s’investit pas, si on n’a personne pour nous épauler, ce qui nous amène au dernier exercice. Quand on regarde en arrière, qui a été là pour nous, qui nous a permis d’arriver là où nous sommes aujourd’hui ?

Lentz Louis (Au milieu)

La réponse à cette question est facile pour la plupart d’entre nous. Mais pour d’autres, c’est un grand trou noir qui se forme face à cette interrogation banale. Les traumatismes de l’enfance sont difficilement soignables. Alors, imaginons un enfant livré à lui-même, sans famille, dans la rue, dans un pays qui n’est pas le sien. Que peut-on espérer de lui ? La plus minime déception chez un enfant peut lui être fatale. Par exemple, un parent qui n’est jamais présent, un responsable qui ne félicite jamais ou des promesses non respectées créeront un adolescent rebelle, puis un homme instable. De même, un enfant bien traité sera à tout jamais reconnaissant envers celle ou celui qui a été là pour lui lors des moments difficiles de sa vie. Voilà donc la clé d’une meilleure société. Prenons soin de la jeunesse et notre vieillesse sera assurée. Là est l’objectif principal de Voices of Hope.

"LIKE" la page facebook de "Voices of Hope"

Visitez la page de Lentz Louis

"Dièz ak Bemòl” est un blog d’opinions libres que vous pouvez utiliser pour publier vos textes ou faire la promotion d’Haiti en Photo envoyez vos photos à contactez@diezakbemol.com.

Visitez Haiti en Photo.

Visitez Haiti en Photo / Visit Haiti in Pictures

.

Pourquoi la technologie est-elle si avancée dans tous les pays du monde contrairement à Haiti?


Dastien Winer: Pourquoi la technologie est-elle si avancée dans tous les pays du monde contrairement à Haiti? Imaginez un peu, les résultats du concours du campus de Limonade sont publiés et personne n’en a eu accès. J’ai été composé mais n’ai pas pu accéder à mes notes parce que la foule était dense.

Nous vous remercions Wilner, d’avoir bien voulu partager avec nous cette question fort intéressante et à ceci nous vous répondons qu’en Haïti, nous avons un manque d’entreprenariat, un manque d’esprit  créatif ajouté à tout ceci, dommage que tous nos problèmes soient liés. Parce que si on analyse bien, on verrait que le problème de créativité que j’ai mentionné  précédemment est dû au problème de non protection des propriétés intellectuelles (men sa se yon lot deba : ou fe yon musik, yon livre, yon moun ka kopiel janl vle la loi nan peyi nou pap fe anyen avel. Vin fe ou dekouraje kreye paske oeuvre ou pa protege e moun ki kopye saw fe a pare pou di se li ki fe travay ou an). Preuve que nos problèmes sont liés mais celui que tu soulèves réside sans doute dans le fait que nous réagissons comme des fous.

 Nou fe menm bagay la chak jou et nous souhaitons que les choses changent. Nouvelle université à Limonade mais les mêmes anciennes pratiques. Si yo te publier note yo sou internet, on n’aurait pas à faire face à ce problème-ci car chacun aurait pu consulter la liste et trouver son nom en ligne tout simplement et ceux qui auraient besoin de voir pour croire se rendraient sur le campus.

Maintenant, on se demande ce que cela a à voir avec l’entreprenariat et l’esprit créatif? Ce à quoi je répondrai  que cette situation pourrait booster l’économie; car avec l’affichage via le net, les cybercafés auraient plus de revenus et en favorisant cette méthode, on aiderait sans aucun doute indirectement, un grand nombre de familles. Que dire de la recette des tap-tap avec ce flux de gens qui se déplacent pour se rendre à ces cyber cafés?

 Donc pays tiers mondiste ou pas, la non utilisation de la technologie en Haïti n’a rien à voir à cela; il s’agit tout simplement du fait que des arriérés mentaux nous dirigent et yo panse se politique lonje main ba yo, fe yo kado, fe yo santi yo byen pou yon ti moment kap sorti nou nan sa nou ye. Et voyez, cette approche n’est qu’une sur un million mais en tout cas, ne les culpabilisons pas je t’en prie car on ne peut jamais au grand jamais donner, ce que l’on n’a pas.

Lisez aussi:

Outre les controverses autour de l’Université Roi Henri Christophe, sur quoi devrions-nous nous concentrer

Anticiper la vulgarisation des nouveautés technologiques

"Dièz ak Bemòl” est un blog d’opinions libres que vous pouvez utiliser pour publier vos textes ou faire la promotion d’Haiti en nous envoyant vos photos, contactez@diezakbemol.com

Visitez Haiti en Photo / Visit Haiti in Pictures

Un simple cordon violet


Qui JE Suis Fait Toute la Différence

Un prof avait l’habitude, en fin d’études, de donner un cordon violet sur lequel on pouvait lire "Qui je suis fait toute la différence" imprimé en lettres dorées.

Il disait à chaque étudiant à cette occasion pourquoi il l’appréciait et pourquoi le cours était différent grâce à lui. Un jour, il a l’idée d’étudier l’effet de ce processus sur la communauté, et envoie ses étudiants remettre des cordons à ceux qu’ils connaissent et qui "font la différence".

Il leur donne 3 cordons en leur donnant cette instruction :

"Remettez un cordon violet à la personne de votre choix en lui disant pourquoi elle fait la différence pour vous, et donnez-lui deux autres cordons pour qu’elle en remette un elle-même et ainsi de suite. Faites-moi ensuite un compte-rendu des résultats."

L’un des étudiants s’en va et décide de le remettre à son patron (il travaillait à mi-temps), un gars assez grincheux mais qu’il appréciait.

"Je vous admire beaucoup pour tout ce que vous faites, pour moi vous êtes un véritable génie créatif et un homme juste. Accepteriez-vous que j’accroche ce cordon violet à votre veste en témoignage de ma reconnaissance ?"

Le patron, surpris, hésitant, répond : "Eh bien, euh, oui, bien sûr…"

Le garçon continue "Et accepteriez-vous de prendre les deux autres cordons violets pour les remettre à quelqu’un qui fait toute la différence pour vous, comme je viens de le faire ? C’est pour une enquête que nous menons à l’université."

Etonné, le patron répondit : "D’accord".

Et voilà notre homme qui rentre chez lui le soir, son cordon à la veste.
Il dit bonsoir à son fils de 14 ans, et lui raconte :

" Il m’est arrivé un truc étonnant aujourd’hui. Un de mes employés m’a donné un cordon violet sur lequel il est écrit, tu peux le voir,"Qui je suis fait toute la différence". Il m’en a donné un autre à remettre à quelqu’un qui compte beaucoup pour moi.
La journée a été dure, mais en revenant je me suis dit qu’il y a une personne, une seule, à qui j’aie envie de le remettre.
Tu vois, je t’engueule souvent parce que tu ne travailles pas assez, que tu ne penses qu’à sortir avec tes copains et que ta chambre est un parfait foutoir… mais ce soir je voulais te dire que tu es très important pour moi. Tu fais, avec ta mère, toute la différence dans ma vie et j’aimerais que tu acceptes ce cordon violet en témoignage de mon amour. Je ne te le dis pas assez, mais tu es un garçon formidable !"

Il avait à peine fini que son fils se met à pleurer, pleurer, son corps tout entier secoué de sanglots.
Son père le prend dans ses bras et lui dit "Ça va, ça va… est-ce que j’ai dit quelque chose qui t’a blessé ?"

"Non papa… mais,… snif,… j’avais décidé de me suicider demain. J’avais tout planifié parce que j’étais certain que tu ne m’aimais pas malgré tous mes efforts pour te plaire. Maintenant tout est changé…"

Conseil: Dire à quelqu’un combien il fait la différence ne coûte rien. Alors, aujourd’hui, choisissez à qui vous voulez le rappeler. Une personne, deux, une multitude de gens, la quantité importe peu. Il suffit d’agir à l’instant.

We Follow you Back

Les plus populaires

Insérez votre courrier électronique pour participer avec nous dans ce projet de vendre une autre image d'Haïti. "Je Participe"

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 5  810 followers

%d bloggers like this: