M O T I V A T I O N

Approche moderne de la résolution du conflit Haïtiano-Français


                Certains parmi nous trouveraient, aisément, définition au concept de conflit pour en avoir tant expérimenté jusqu’à devenir expert dans l’art d’en provoquer mais aussi dans celui de les prolonger au lieu de tenter de les résoudre.  D’autres, par contre, sont des experts innés de l’art d’entamer des conflits mais ne serait-il pas plus intéressant de changer le cap du navire en les résolvant plutôt ? Puisque cette semaine nous le décrétons non officiellement comme la semaine du bicolore faisons appel à notre bon sens et tentons de réfléchir avec les méthodes actuelles comment 1804 serait différent.

Par définition: «  Conflit : nm  1. Opposition d’opinions, de sentiments.
                                                   2. Opposition d’intérêts entre deux pays, deux États. »

Élever la voix ne donne pas raison

Gardant ces définitions à l’esprit, nous réalisons que nous faisons  tous, un jour ou l’autre, face à un conflit. Bon, peut-être que nous ne réagissons pas à l’extrême comme ces deux messieurs ou peut-être que si mais, si nous devons résoudre nos conflits, quels qu’ils soient, croyez-moi, la première étape, c’est bien :

La prise de conscience de son existence.

Si vous ne reconnaissez pas qu’un conflit existe, pourquoi tenter de le résoudre? Franchement, si l’on n’a pas conscience de ce qui dérange pourquoi l’on voudrait changer? La période des lumières a eu comme résultat la déclaration des droits de l’Homme. Problème résolu en France mais ils n’ont jamais pris conscience que leur colonie la plus prospère était aussi bien faite d’hommes. De plus, elle sévissait dans un système ségrégationniste pire que  l’état de leur société avant cette dite déclaration. Donc pour avoir ignoré ce fait, la situation s’est tout simplement dégénérée, générant ainsi plus de conflits qu’il n’y en avait auparavant. Et c’est alors que la métropole haussât le ton oubliant que:

Élever la voix ne donne pas raison.

Bon, de ça, vous vous êtes déjà rendu compte par vous-même, n’est-ce pas? Si ce n’est pas le cas, étant en litige avec  votre partenaire, il/elle vous a laissé croire que vous aviez raison pour pouvoir mieux vous faire taire alors qu’au fond il ruminait sa frustration. Remarquez que j’utilise partenaire qui serait plus neutre au lieu d’adversaire qui a plutôt tendance à être plus agressif. Cela explique donc la raison pour laquelle la frustration est devenue plus grande lorsque la France a décidé de montrer ses muscles à Saint-Domingue en emprisonnant Toussaint et en tuant sa bande. La révolution s’est tout simplement renforcée: les mulâtres et les noirs partageant désormais un ennemi commun. Mais tout ceci est un long processus car ces accords n’ont pas été, il faut le dire, tenus sur la place publique parce que:

Savoir remettre à plus tard pour ne pas lancer des mots inapropriés sous l’effet de la colère.

Le silence est souvent une vertu.

Parfois, remettez à plus tard vos explications avec la personne  si vous n’êtes pas calme et en mesure de dissocier  la personne du conflit est nécessaire car si vous commencez, votre langue pourrait vous brûler jusqu’à ce que vous vomissiez toute votre rancœur alors que si vous prenez le temps de patienter et de vous calmer, vous pourrez discuter rationnellement, du moins en règle générale. Croyez-vous que nous serions un peuple libre aujourd’hui si les mulâtres avaient menacé ouvertement  la France de se joindre aux esclaves et de renforcer leurs révoltes? Je ne crois pas et vous non plus d’ailleurs. La preuve que les Français auraient réagi différemment se trouve dans l’envoi des commissions civiles pour apaiser les esprits quand la situation était à ce point incontrôlable.

Vous vous demandez sans doute si la France était au courant de ces accords qu’au moment où cela atteignait le point de non retour ou s’ils ont tout simplement gardé le secret jusqu’a l’indépendance? Évidemment que non, il y a sûrement eu un porte-parole et celui-ci avait la lourde tâche à chaque fois de:

- Respirer profondément avant de prendre la parole.

On ne peut rattraper une parole qu’on vient de lancer.

- Prendre du recul et aller prendre une bouffée d’air frais.

- Tourner sa  langue autant de fois que nécessaire, jusqu’à mille s’il le faut car des paroles lancées ne peuvent être rattrapées et bien qu’invisible elles laissent des marques brûlantes surtout quand vous cherchez à construire une nation.

 

            Somme toute, ce n’est pas tâche facile de résoudre les conflits mais  n’oubliez pas, c’est normal d’en avoir car là où il y a des gens, il y a divergence d’opinions et de sentiments seulement, toute la différence réside dans votre façon de réagir et combien est fort en vous le désir de le résoudre à l’amiable. Il est dit: "aime et fais ce que tu veux" donc si ce qui vous guide est sain et votre intention bonne, il est quasiment impossible que vous n’ayez pas de succès.

About these ads

À propos de DiezakBemol.com

“Dièz ak Bemòl” est un blog d’opinions libres que vous pouvez utiliser pour publier vos textes ou faire la promotion d’Haiti en nous envoyant vos photos.

Discussion

2 réflexions sur “Approche moderne de la résolution du conflit Haïtiano-Français

  1. Approche moderne de la résolution du conflit Haïtiano-Français is very good.

    Publié par resolution de conflits | août 29, 2012, 2:51  

Rétroliens/Pings

  1. Ping : Haïti vue de la France « Dièz & Bemòl - août 20, 2012

We Follow you Back

Les plus populaires

Insérez votre courrier électronique pour participer avec nous dans ce projet de vendre une autre image d'Haïti. "Je Participe"

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 5  810 followers

%d bloggers like this: