M O T I V A T I O N

Syndrome d’Esclaves


           Passer d’esclaves à libres implique une certaine préparation, une discipline et un style de vie progressif régi par des règles. Malheureusement, dans certaines situations, l’esclave se transforme quoique libre en bourreau de ses semblables, et pis encore, martyrise au-delà de l’impensable, sans se rendre compte qu’il fait appel aux mêmes tactiques que ses anciens maîtres. Ils souffrent de ce qu’on appellera  le « syndrome de l’esclave. » Caractérisé par la domination d’un état d’esprit sous-valorisant constamment face à ceux qu’il considérera comme supérieur ou  MAÎTRE ou la REPRESSION sans faire de distinction entre ces C O M P O R T E M E N T S contre lesquels il s’est révolté et qu’il afflige à ses semblables.

.

En plein après-midi, le lendemain du jour où le bulletin scolaire est remis, on voit débarquer à l’école une maman ou une marâtre, que sais-je… affublée, d’un martinet, autour de laquelle se rassemble les autres élèves, en plein soleil chaud, pour la plupart scandalisés, assistant à une scène qu’on aurait cru disparue de la terre natale en 1804 et qui pourtant prenait place.

.

Vous n’avez sûrement pas l’intention de REVENIR A CE POINT???

Pour avoir eu un bulletin trop peu méritant, l’élève se retrouvait humilié et bastonné par devant tout un public n’osant réagir. Souvenir marquant et duquel je me rappelle c’est cette troublante image restée vive dans ma mémoire ainsi que les cris désespérants d’un enfant en détresse tentant par tous les moyens de se tirer de cette impasse. Un acte flagrant d’humiliation, de rabaissement d’estime de soi, briser la volonté et ôter la dignité en tant que personne de ce petit être; et la note triste de cet évènement macabre : Se te pou byen timoun nan, EN TOUT CAS….

About these ads

À propos de DiezakBemol.com

“Dièz ak Bemòl” est un blog d’opinions libres que vous pouvez utiliser pour publier vos textes ou faire la promotion d’Haiti en nous envoyant vos photos.

Discussion

9 réflexions sur “Syndrome d’Esclaves

  1. Eh bien madame Alexandre,si on ne peut pas agir en adulte responsable(et qui maitrise chaque action) vis-a+vis de l’enfant,qu’on ne cherche pas a en avoir tout simplement.C’est pas une poupee qu’on jete dans un coin après s’en etre lassee,c’est une responsabilite colossale qu’on se met sur les epaules parfois même pour la vie.Un parent en colere devrait tout simplement se garder de corriger sur le coup.Le but de mon commentaire est d’indexer la confusion entre les termes"corriger ou torturer".Si on a la rage,on se fait soigner avant…

    Publié par Jean Colls Rameau | mai 29, 2011, 1:37  
  2. "… application modérée du fouet dans l’éducation globale de l’enfant." Comment délimiter ce qui est modéré. Pourquoi je pose la question, c’est simplement qu’il me parait difficile de le mesurer lorsqu’on est dans le feu de l’action.

    Publié par Aline Alexandre | mai 28, 2011, 9:12  
  3. @ Mme Aline Alexandre- Je viens tout juste de lire ton commentaire sur ce post et je crois comprendre ta position soutenue que le fouet ne saurait etre considere comme une methode de correction.je voudrais bien me joindre a cette categorie de gens animee d’ une idee bien arretee sur la pratique du fouet qui suscite de nos jours, des debats assez houleux.Cependant,je reste convaincu qu’a bien des egards,l’enfant doit avoir la correction necessaire(de maniere rationnelle et posee).Un fait est clair,on a tous abandonne une mauvaise manie pour avoir ete corriges a temps par des personnes responsables.Je me rappelle encore cette manie que j’avais de manger du savon de bain a l’insue de mes parents qui cherchaient toujours sous les lavabos.Un jour,je me suis fait pieger et j’ai declare peremptoirement que c’etait ma toute premiere fois.J’ai eu ma raclee jusqu’a l’aveu et c’est pas les coups de sang de ma maman qui allaient changer mon dada.J’aimais le gout du savon et l’argent qui l’achetait n’etait pas du tout mon souci…J’ai eu ma correction et j’ai change,même si cette anecdote est devenue une blague desopilante dans ma vie d’adulte…Il y en a d’autres.(C’est pareil pour la tenue de la cuillere ou de la fourchette, a table)… j’ai fini par comprendre qu’il y a effectivement un choc de culture pour tout etranger qui assisterait a une correction d’un enfant par le fouet.Tu vois,je ne parle pas du spectacle revoltant tel qu’il est decrit dans le post originel(spectacle que je qualifie d’ailleurs de torture)mais d’une application moderee du fouet dans l’education globale de l’enfant.Les points de vue,dit-on,ont cette caracteristique de soulever la polemique autour d’un theme mais il est certain que sans amalgame,quelques coups de fouet peuvent changer les petites tendances ou même certaines mauvaises influences que l’enfant acquiert dans son cheminement.J’ai surtout compris,sur le tas bien entendu, certaines etapes psychologiques liees au developpement de l’etre humain:l’enfant a peur de la correction,l’adolescent craint la punition et l’adulte respecte en raison des consequences…

    Publié par Jean Colls Rameau | mai 27, 2011, 10:25  
  4. Écoute fiston: pendant que tu dors, je te dis cela…Me sentant coupable, je suis venu à ton chevet car j’ai été très dur avec toi. Te souviens-tu comment timidement, un peu plus tôt où je lisais dans la bibliothèque, tu es venu vers moi, avec un regard lourd de chagrin? Et comment en relevant mes yeux, irrité que tu m’interrompes, tu as hésité devant la porte.
    « Qu’est-ce que tu veux? » ai-je hurlé. Mais tu n’as rien dit et tu es accouru en trombe vers moi et bras autour de mon cou tu m’as embrassé…
    Que suis-je devenu donc par cette mauvaise habitude? Celle où je cherche des fautes et en trouve, celle de réprimander. Voilà la récompense que je t’ai donnée pour n’être encore seulement qu’un enfant.
    J’ai bien peur de t’avoir visualisé comme un homme. Alors que, maintenant, recroquevi
    recroquevillé dans ton lit, je me rends compte que tu n’es encore qu’un bébé… Promets-moi , alors que je t’enseigne à agir comme un homme, tu me rappelleras d’avoir l’esprit d’amour d’un enfant.

    Publié par diezakbemol | mai 27, 2011, 12:38  
  5. Father Forgets (Auteur: W. Livingston Larned) Listen, son: I am saying this as you lie asleep…Guiltily I came to your bedside.I had been cross to you. I scolded you..Do you remember, later, when I was reading in the library, how you came in timidly, with a sort of hurt look in your eyes? When I glanced up over my paper, impatient at the interruption, you hesitated at the door. "What is it you want?" I snapped.
    You said nothing, but ran across in one tempestuous plunge, and threw your arms around my neck and kissed me…What has habit been doing to me? The habit of finding fault, of reprimanding-this was my reward to you for being a boy I am afraid I have visualised you as a man. Yet as I see you now, son, crumpled and weary in your cot, I see that you are still a baby…Promise me, as I teach you to have the manners of a man, that you will remind me how to have the loving spirit of a child.

    Publié par diezakbemol | mai 27, 2011, 11:23  
  6. C’est triste… On ne fait que reproduire les gestes du maitre. C’est l’exemple micro, meme au niveau de l’Etat c’est pareil, dans les bureaux et administrations.. et pour les relations epoux, epouses n’en parlons pas, c’est tout un systeme ancre dans notre mental et c’est pour cela qu’il faut supporter le mouvement mental de twitter: twitter.com/mantalmouvman … Ensemble on y arrivera!!

    Publié par twitjako | mai 27, 2011, 10:25  
  7. Je trouve que c’est exagéré de "corriger" soi-disant publiquement un enfant et qui pis est restera dans l’école. Quelle estime de soi bâtissez-vous chez l’enfant? Il n’y a rien de plus avilissant que de réprimander quelqu’un par devant public et en plus ses pairs. M. Rameau, croyez-vous vraiment que le fouet soit la meilleure solution. Si je me permets de faire appel à mes connaissances de l’éducation haitienne, celle abusive je me permets de le souligner, pas une fois je n’ai encore rencontré un parent qui a pris le temps d’expliquer à un enfant pourquoi est-ce qu’il le corrigeait, voir lui expliquer pourquoi il va recevoir ses coups de fouet en plein public. De plus, parlant de bible, ne trouvez-vous pas étrange que Jésus lui-même n’a jamais utilisé le fouet pour frapper ses semblables mais qu’il l’a utilisé seulement pour renverser les marchandises dans le temple? Alors pourquoi ne pas discuter plutôt que de frapper et puis, un bulletin en valait-il une punition corporelle? Sérieusement!

    Publié par Aline Alexandre | mai 27, 2011, 9:57  
  8. Se pa yon virus. Se yon zafe edikasyon.la vi a pa yon extrem.Men m bondye pou kwayan yo ,se yon bondye ekilib.kidonk pwoblem nan pa nan zak la men nan mannye a.La bib di fok nou korije timoun yo le li nesese alos ke men m bib sa diw "tout exse se yon defo ,tout exse nui".Ale bat yon timoun nan mitan lekol li anba soley cho imilyan men se sa yo rele nan lang franse"torture".Le sa lespri koreksyon ki ta dwe nan ges la chanje a yon lot bagay.Fason pam mwen we bagay yo: Koreksyon avek fwet wi,"torture"non.imilyasyon,non.pwoblem edikasyon(paske malere a pa gen reflex ale we yon psicolog ak pitit li.okontre li kwe ke psicolog se pou moun ki fou sa fet) se pi gwo pwoblem pou nou denonse men li pa ta bon pou nou fe tout moun kwe ke korije ti mani ak vagne yon timoun kap grandi avek 2 ,3 kout sentiron se ta syndrom esklav.A la de traka papa…! Antouka,se yon sije ki diskitab depi moun kap ekri a pa konfon n’koreksyon ak torture.Mesi.

    Publié par Jean Colls Rameau | mai 27, 2011, 9:32  
  9. J’ai eu la chance d’assister a plusieurs scenes pareils, je peux vous dire que l’etre haitien croit qu’il faut martyriser ses subalternes pour se faire respecter ou quoi que ce soit. C’est pas seulement les parents envers leurs enfant, mais de plus le patron envers ses employes, le mari a sa femme. En faite, par le fait qu’on a pas eu une independence educative, on est libre physiquement, mais dans nos actes qui refletent l’image de notre esprit, on est encore esclaves..! Le virus de l’esclavage vit encore en nous..!

    My50Cents

    Publié par Dirjos | mai 27, 2011, 8:37  

We Follow you Back

Les plus populaires

Insérez votre courrier électronique pour participer avec nous dans ce projet de vendre une autre image d'Haïti. "Je Participe"

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 5  810 followers

%d bloggers like this: